Skip to content
Juin 19 16

On fait une ruche ?

by Landru

Ca m’a pris comme une envie de … Enfin, non, ça me trottait dans la tête depuis quelques années. C’est comme une taupe. Elle pousse, elle gêne, et puis, il faut concrétiser.

La saison prochaine, je me lance dans l’élevage d’abeilles. C’est pas mon truc d’acheter le matériel tout fait (cf, ma pico brasserie entièrement bricolée), donc, fabrication maison ! Et puis, par expérience, quand on se construit son matériel, ça nous oblige à bien nous documenter, et au final, on maîtrise mieux le sujet. Autre argument : une ruche coûte plus de 100€. je la fabriquerai pour moins de 60€:

  • 20€ de pin douglas
  • 18€ de contre-plaqué
  • 15€ de tôle galvanisée

Les types de ruches

Comme vous pouvez imaginer, il y a un paquets de types de ruches. On trouve les ruches tronc (dans des troncs d’arbres, des ruches Dadant, des ruches Warré, … Le type de ruche à la mode en France est la Warré. J’aime pas la mode.

Pour résumer, le modèle Warré n’a pas de cadres (juste des baguettes de bois à partir desquelles les abeilles bâtissent leur rayons de cire). Le type Dadant, modèle traditionnel en France comporte des cadres avec une feuille de cire, pour “imposer” le sens de bâtissage des rayons de cire.
Et puis, il y a cet article qui m’a beaucoup plu : http://www.abeille-et-nature.com/index.php?cat=essaims&page=ruche_warre2. J’ai donc décidé de partir sur le modèle Dadant.

Composition d’une ruche

Une ruche, c’est:

  • Un corps principal (dans laquelle on trouve la reine; on ne touche pas au miel : il appartient aux abeilles)
  • Des hausses (C’est là que l’on trouve le miel à récolter)
  • Un fond avec une planche d’envol
  • Un toit

Il y a encores quelques éléments comme:

  • Le couvre cadre
  • La grille à reine(qui empêche la reine de monter dans les hausses)
  • La porte (qui ne laisse pas passer le frelon asiatique)

Quelques dimensions à connaître

Les dimensions de la ruche sont déduites de quelques données d’entrée:

  • Un cadre mesure 433mm de large et 300mm de hauteur
  • Les cadres sont disposés tous les 38mm
  • S’il existe un espace de plus de 10mm, les abeilles combleront avec de la cire
  • S’il existe un espace de moins de 6mm, les abeilles combleront avec du propolis

Comme je veux faire une ruche à 10 cadres, les dimensions intérieures sont : 450mm x 380mm, et 310mm de hauteur.

On la fait en quoi ?

Les abeilles sont très sensibles aux pesticides et tous ces trucs. Il faut donc utiliser du bois non traité. J’ai choisi d’utiliser du pin Douglas en 20mm, acheté directement en scierie. J’ai trouvé des planches qui font plus de 400mm de large. Ça tombe bien, la hauteur de ma ruche est de 310mm.
Par contre, pour le fond, j’ai dû prendre du contre-plaqué (idem pour le couvre-cadre).
Pour protéger le toit, je voulais du zinc, mais je n’ai pas trouvé. Je me suis rabattu sur de la tôle galvanisée, achetée chez un vendeur de métal (dans les magasins de brico, c’est hors de prix)

hive

Outillage

On s’en sort pas avec un marteau et une scie. Il faut un minimum d’outillage:

  • Une scie circulaire
  • Une scie sauteuse
  • Une ponceuse
  • Une perceuse
  • Râpe, gouge, équerre, …

Construction

hive

L’assemblage se fait avec des queues droites. Pour les réaliser (sans machine à bois), on y va à coups de scie sauteuse. Il faut être très précis. On adapte avec une râpe. Ensuite tout est vissé (attention, pas de colle ! les abeilles n’aiment pas). L’assemblage est fait avec des vis à bois de longueur 50mm et diamètre 6mm. Donc pour ne pas éclater le bois, un perçage à 3mm ou 4mm de diamètre est nécessaire.

hive01

Dans le dessin de définition ci-dessus (devant et derrière), j’y ai prévu une encoche pour loger les cadres. Ces encoches sont réalisées avec la scie circulaire. Mettez en place un guide fixé à la planche au sert-joint; ensuite, finissez à la gouge. On y clouera une crémaillère : C’est une pièce en tôle d’acier que l’on trouve en magasin spécialisé pour quelques centimes (http://www.abeille35.com/equipement-des-ruches/319-cremaillere-l-45-cm-pour-10-cadres.html). Ça fixe la distance entre les cadres.

Les plans

Hive
https://github.com/landru29/hive/raw/master/Hive.pdf

Main-Back-Front
>https://github.com/landru29/hive/raw/master/Main-Back-Front.pdf

Main-Side
https://github.com/landru29/hive/raw/master/Main-Side.pdf

Bottom
https://github.com/landru29/hive/raw/master/Bottom.pdf

Roof-Gable
https://github.com/landru29/hive/raw/master/Roof-Gable.pdf

Roof-Top
https://github.com/landru29/hive/raw/master/Roof-Top.pdf

Tout le reste est sur mon github. Des mises à jours arriveront au fil de l’eau : https://github.com/landru29/hive

Juin 19 16

La bière connectée

by Landru

Je me suis fabriqué un thermomètre connecté (http://www.noopy.fr/arduino/iot/), et brassé ma bière avec. Les données sont envoyées sur le service IOT d’OVH. Sur mon serveur, je crée mes graphes avec l’application Grafana. Cet article analyse les résultats.

thermometre

Les paliers

Dans la vue d’ensemble, on voit bien les différents paliers:

  1. le palier à 45°c pour faire travailler les protéines (tenue de la mousse)
  2. le palier à 64°c pour obtenir les sucres fermentescibles (alcool)
  3. le palier à 70°c pour obtenir les sucres non fermentescible (rondeur)
  4. L’ébulition avec le houblonnage
  5. la mise en cuve après refroidissement à travers l’échangeur à plaques

graph-all

Palier d’empâtage

palier1

Ce palier à 45°c environ, favorise la tenue de la mousse. En principe j’y reste 15 à 20 minutes. La petite chute de température correspond à la mise en route de l’hélice de brassage. Ça met en évidence le problème d’homogénéité de la température dans le brassin. Ce dernier est très pâteux, et la convection se fait très mal.

Premier palier de saccharification

palier2

Là encore, on voit un saut de température. Pendant toute la montée en température, mon hélice tournait. Je l’ai arrêtée à 9H38. C’est pratiquement 1°C d’incertitude sur le brassin. Il faut faire attention car on peut avoir des surprises. Par expérience, je coupe le gaz 1°c à 2°c avant d’atteindre mon palier, quitte à rallumer  pour ajuster.

Second palier de saccharification

palier3

Ici, encore, on retrouve le saut de température. Je suis obligé de couper mon moteur, car celui-ci chauffe beaucoup. En dehors de la chauffe, je l’éteins. Quand j’aurais un autre moteur plus performant, il tournera en permanence. Je pense aussi revoir mon hélice pour qu’elle brasse mieux le mou.

Les montées en température

graph-montee1graph-montee2

Elle sont constantes. On remarque qu’en basse température (de 45°c à 65°c), on est a une chauffe à 1,8°c par minute, alors qu’en haute température ( de 65°c à 70°c), on est à 1°c par minute. C’est dû à la non-isolation de ma cuve. le couvercle permet déjà de garder une grosse partie de la chaleur; mais ce n’est pas suffisant.

Jan 21 15

On fait sa bière maison ?

by Landru

Depuis quelques années, je brasse ma bière. Mais il me manquait un outil simple pour créer mes recettes. Je ne trouvais rien sur le net qui soit gratuit, simple et qui couvre mon besoin. J’ai donc suivi le fameux dicton : “Si t’es pas content, t’as qu’à le faire”. Le code source est sur https://github.com/landru29/brew-it-yourself.

Brew it yourself !

http://beer.noopy.fr/

Ca se passe comment ?

La fabrication de la bière se déroule en plusieurs étapes (d’où la notion de “steps”) :

  1. Empâtage (mashing): on mélange le malt concassé avec de l’eau à 50°c
  2. Brassage – sucres fermenticibles: on maintient la température à 62°c pendant 30 à 45 minutes; des sucres dits “fermenticibles” sont créés (ce sont ces sucres qui donneront l’alcool)
  3. Brassage – sucres non fermenticibles: on maintient la température à 68°c pendant 30 à 45 minutes; des sucres dits “non fermenticibles” sont créés (ce sont ces sucres qui donneront la rondeur à la bière)
  4. Désactivation des enzymes: On pousse la température à 80°c pendant 10 minutes pour tuer les enzymes qui sont responsables de la production des sucres
  5. Filtration: on filtre le mou pour en récupérer le jus. On peut jeter le malt.
  6. Ebulition: on fait bouillir, pendant 1 heure minimum, le mou, en y ajoutant du houblon amérisant. L’amertume est donnée par l’IBU. Pendant cette étape, a lieu le phénomène de “cassure” : les impuretés précipitent
  7. Fin de l’ébulition: 10 minutes avant la fin de l’ébulition, on ajoute le houblon aromatique (les arômes du houblon sont volatiles).
  8. Refroidissement: On soutir le jus clair (en laissant le précipité et le houblon dans la cuve) et on le refroidit en dessous de 25°c (lorsque l’on mettra les levures, celles-ci meurent au dessus de 30°c)
  9. Mesure de la densité: On mesure la densité avant fermentation pour pouvoir estimer le taux d’alcool.
  10. Ensemencement: On ajoute la levure.
  11. Fermentation: La fermentation dure quelques jours, et on compte 10 à 15 jours pour que toute activité disparaisse (selon la température ambiante)
  12. Mesure de la densité: On mesure la densité après fermentation et l’on peut enfin calculer le taux d’alcool : 1000 x (densitéInit – densitéFinal) / 7,6
Juil 3 14

Imprimons en 3D

by Landru

Ouaip ! C’est pas que je suis radin, mais une imprimante 3D à 2000€, non merci, pas pour moi. Mon projet, c’est de construire une imprimante 3D qui tient la marée à moins de 250€ !

Lire la suite …

printer

Sep 12 13

Cartographier à mort !

by Landru

Et si on se lançait dans la carto ? Vous allez découvrir un ensemble d’outils pour faire de la cartographie très précise.

Dans ce tutorial, vous aurez une petite introduction. A vous d’approfondir !

finistere4C’est partit !

Mai 1 13

Encore un vol

by Landru

Avr 13 13

Un petit tour en avion

by Landru

J’ai fixé une gopro sur mon avion et voilà le résultat. Il y a une prise au vent, du coup, il se traîne un peu.

Avr 13 13

Ça commence ici

by Landru

C’est parti !

Et hop!

ici, c’est mon fourre-tout. Il y aura des bidules, des machins et pleins d’autres choses